Ross Lara capturing audio in the snow with his Zoom H5


Qu'il s'agisse de collaborer et de coécrire avec les meilleurs compositeurs et producteurs du monde entier ou d'utiliser des enregistrements de la nature sur le terrain afin de créer des partitions originales pour des entreprises comme Red Bull et Facebook, la conception sonore est essentielle dans chaque projet auquel participe le producteur et compositeur Ross Lara. Lara nous a récemment parlé de l'importance de la pensée positive et de la façon dont la beauté naturelle de son état natal, le Colorado, inspirait son approche créative.

Ross Lara capturing audio in the snow with his Zoom H5

Comment avez-vous commencé à vous intéresser à la musique et à la conception sonore ?


Mon intérêt et ma passion pour la musique ont commencé lorsque j'avais 13 ans. Mon voisin avait deux platines et une table de mixage. Il m'a fait découvrir le monde de la musique électronique et ma vie n'a plus jamais été la même.

À 17 ans, un ami de la famille m'a montré l'art de composer des morceaux avec une station de travail audio numérique et un clavier. C'est à partir de ce moment-là que les choses ont vraiment commencé à se mettre en place et que j’ai eu l’idée de faire de la musique. J'étais déjà amateur de musique électronique, et la conception sonore fait partie intégrante de ce genre de musique.

Ross Lara playing piano candid

Quelles ont été vos premières opportunités professionnelles en tant que musicien et concepteur sonore ? Quel impact ont-elles eu sur votre développement ?


J'ai fait beaucoup de tournées et de DJing avant mes 22 ans. Après avoir obtenu mon diplôme à la Full Sail University d'Orlando, je me suis installé à Nashville où j'ai travaillé sous contrat avec la division jeunes talents d’un label renommé. Suite à un réseautage intensif, j'ai eu l'occasion de travailler avec le DJ/producteur Paul Oakenfold, triple lauréat d'un Grammy Award et couronné DJ n°1 au monde par DJ Magazine en 1998 et 1999. Paul a réalisé de nombreux remixes d’envergure, notamment avec U2, Moby, Madonna, The Cure, The Rolling Stones, Michael Jackson et beaucoup d'autres grands artistes.

J'ai travaillé avec lui en tant que coauteur, producteur et ingénieur. C'était une période vraiment captivante. J'avais 23 ans, j'ai déménagé à Los Angeles et j'en ai profité à fond. Mais j'étais toujours sur la brèche et je me retrouvais à dormir dans ma voiture quand Paul était en tournée ou que sa maison n'était pas disponible. J'ai participé à de nombreuses sessions de composition et de production passionnantes, de la bande originale de Tron à Britney Spears, et même aux albums solo de Paul.

Ross Lara recording audio in the dessert at Red Bull Rampage

Vous intégrez souvent les sons de la nature dans votre musique. Qu'est-ce qui a inspiré cette approche unique ? Quel est votre processus de travail pour transformer les sons que vous enregistrez en idées musicales ?


Si je ne suis pas dans le studio, j'aime être dehors. J'aime faire de la motoneige, du ski, du VTT, de la randonnée, et pratiquer ces activités avec ma femme ou mes amis. J'ai grandi en pratiquant des activités similaires avec mes parents. Avec toutes ces expériences, j'ai commencé à plus écouter ce qui m'entourait. Je me suis retrouvé à utiliser mon téléphone, et finalement des enregistreurs Zoom pour capturer tous ces sons. Je ne peux pas m'attribuer le mérite de la singularité de mes idées, car il y a beaucoup de producteurs et de compositeurs merveilleux qui font cela. C'est le fait de vivre dans le Colorado et d'être un amoureux des activités de plein air qui m'a incité à poursuivre cette approche.

Un projet particulier et extrêmement passionnant sur lequel j'ai travaillé était le Red Bull Rampage. Je me suis rendu sur le site de l'événement dans l'Utah et j'ai enregistré tous les sons du plus grand événement de descente VTT freeride. Lorsque j'ai entamé la composition de la musique et de la bande-son, j'ai commencé à introduire ces sons. Par exemple, j'ai enregistré le bruit des rayons de roues de vélo qui tournent. Vous pouvez prendre ces clics et les transformer en cymbales charleston ou noyer cet enregistrement dans de la réverbération et l'inverser, cela devient alors une formidable montée musicale. Une fois, j'ai fait des enregistrements de grands bidons d'eau de plusieurs litres au sommet de la montagne. J'ai mis mon enregistreur Zoom au milieu et j'ai frappé les bidons, cela donnait de gros sons de batterie pleins et superbes. Et mon enregistreur Zoom H5 les a magnifiquement capturés. J'ai construit tous les rythmes de ces morceaux à partir de ces enregistrements faits.

Ross Lara recording water audio with his Zoom H5

La technologie moderne a permis aux professionnels de travailler ensemble, mais à distance, sur des projets. Comment abordez-vous ce type de collaboration ? En quoi cela diffère-t-il de travailler ensemble en studio ?


Depuis toujours, 70 % de mon travail s’effectue à distance. Mais rien ne vaut le travail en studio, surtout avec des personnes avec lesquelles vous avez établi une relation personnelle et créative. C'est génial de se nourrir de l'énergie de l'autre. Avec The Spacies, Dave et moi-même nous retrouvons dans le studio, nous buvons, nous mangeons, nous nous amusons, nous parlons boutique et nous nous passionnons pour le matériel. Parfois, aucun morceau n'en sort. Mais lorsque des titres émergent de ces sessions, ils sont toujours très amusants et très inspirants. Le travail avec les gens me manque parfois. Nous recevons beaucoup de visiteurs et j'espère que ce nombre augmentera à l'avenir.

Rock Waterfall


Audio

Ross lara recording audio on scene for Red Bull Rampage

En plus de composer de la musique pour Red Bull et Facebook, vous avez fait des conceptions pour des sociétés comme Output et iZotope, vous avez collaboré avec des producteurs comme Paul Oakenfold et vous êtes également membre du duo de pop électronique The Spacies. Comment adaptez-vous votre approche créative lorsque vous travaillez sur des types de projet différents ?


Ces noms et ces participations ne se retrouvent pas tous en même temps, ni en ce moment, ni même au cours des six derniers mois. Heureusement, à différents moments de ma carrière et de ma vie, j'ai pu me consacrer à chacun. Même avec la variété des projets, il y a généralement une continuité entre tous. J'essaie d'apporter une nouvelle approche interne à tous ces projets.

Lorsque je travaille sur de la musique pour Red Bull et que je réalise des bandes son pour eux, c'est un peu comme si un réalisateur me donnait sa direction créative. Avec Paul Oakenfold, je l'assistais dans sa vision. J'aurais fait tout ce qui était en mon pouvoir pour l'aider à améliorer le morceau. Il y a une grande différence entre ça et mon travail avec The Spacies. C'est un projet vraiment spécial parce que nous pouvons faire tout ce que nous voulons. Nous n'avons pas d’étiquettes ou d'échéances à respecter. Nous avons des plans formidables pour commencer à écrire une comédie musicale qui pourrait sortir dans un an ou deux !

En ce moment, j'écris la musique d'un jeu vidéo, je prépare un court métrage d’avant-garde, je participe à quelques prototypes d'IA de pointe, je produis The Spacies et bien d'autres choses encore. Organiser mon agenda est donc essentiel pour coordonner tout cela. Je me retrouve à composer et à écrire en fin d'après-midi et en soirée, lorsque mes oreilles n’ont plus à être super attentives aux fréquences de mixage. Lorsque je me réveille tôt le matin, je vais au studio et je commence à mixer un projet sur lequel je dois travailler. La production et le mixage sont définitivement une seule et même chose pour moi.

Comment trouvez-vous votre prochain engagement ? Laissez-vous le travail venir à vous, ou cherchez-vous activement des projets qui vous intéressent ?


J'avais l'habitude de passer des coups de téléphone, mais plus maintenant. Dans le passé, mon partenaire de travail et moi descendions Sunset Blvd et frappions aux portes des sociétés de gestion pour leur faire écouter de la musique. Nous avons toujours été actifs en allant vers les gens. Je tiens absolument à entrer en contact avec les réalisateurs de films d'extérieur, d'aventure et de sports extrêmes.

Pour le jeu vidéo sur lequel je travaille actuellement, il y a eu une phase de rencontres. En décembre dernier, ils nous ont demandé d'écrire quelques lignes sur la façon dont nous pourrions aborder le jeu et le style. Nous avons fait des allers-retours pendant un mois ou deux. Puis nous avons été embauchés. Donc il y a des hauts et des bas.

Je crois fermement qu'il faut faire les choses en termes de prospective. S'il y a quelqu'un avec qui j'ai vraiment envie de travailler, je l'écris sur papier et j’y réfléchis. Cela a été le cas pour de nombreuses collaborations dans ma carrière.

Si je n'avais pas fait quelques détours, quelques défaites et quelques victoires, alors je ne serais pas là où j'en suis aujourd'hui. "

Ross Lara
Ross Lara Recording the sounds of the forest with the Zoom H5
Ross Lara capturing audio in a canyon with the Zoom H5

Quel genre de conseil donneriez-vous à quelqu’un qui veut faire carrière dans la production musicale et la conception sonore ?


Mais surtout, ayez un état d'esprit de gain infini plutôt qu’étriqué. L’esprit étriqué dit : « Vous êtes en compétition avec d'autres ». Ce n'est pas comme cela que ça se passe. Vous êtes en fait en compétition avec vous-même, pour toujours vous améliorer et profiter de l’aventure. Travaillez sur votre musique pour une cause ou une vision plus grande que vous-même. Cela incitera les personnes qui vous entourent à vous soutenir, vous et votre vision. Faites-le et cela aura un effet durable sur la musique.

ross lara adjusting his headphones

Comment voyez-vous les secteurs de la musique et de la conception sonore dans un avenir proche ? Quelles sont les opportunités et les défis qui se présentent, et comment les professionnels peuvent-ils s’adapter ?


Ma réaction instinctive est que l'IA prend une part prépondérante de la technologie dans la musique. Je peux le dire parce que nous travaillons actuellement sur plusieurs projets d'IA avec des entreprises à la pointe de la technologie et des médias. C'est vraiment révolutionnaire. L'IA arrive, et elle est là pour rester.

Enfin, quels produits Zoom utilisez-vous ? Comment Zoom vous aide-t-il à atteindre vos objectifs ?


J'ai un tas d'enregistreurs portatifs Zoom H5. Ils sont fantastiques. Je les emmène avec moi littéralement partout. J'en garde un dans ma voiture, un dans mon sac à dos et un dans mon studio. C'est un moyen simple et efficace de capturer vos idées n'importe où, avec une grande qualité.

En enregistrant pour The Spacies, David et moi-même avons trouvé une mine d'or abandonnée au Colorado, à 3 700 mètres d’altitude. La mine d'or s'enfonçait à environ 90 mètres dans la montagne. Nous avons apporté notre enregistreur Zoom et avons enregistré les voix de notre chanson « This One » dans la grotte ! La réverbération que nous avons capturée était la plus musicale que j'aie jamais entendue. C'était génial ! Nous avons trouvé un équilibre de très bon ton en utilisant les enregistrements de la mine d'or et en les mélangeant avec la voix principale prise en studio. La réverbération que vous entendez sur cet enregistrement ne provient donc pas d'un plug-in… mais d'une mine d'or située à 3 700 mètres d’altitude !

C'est la définition même du mot « unique » – incomparable, qui n'a rien à voir avec les autres. Aucun algorithme ne permettrait d’obtenir ça. On entend des gouttes d'eau en arrière-plan. Nous ne connaissions pas l'état de la grotte et nous avons pris le risque. Mais nous avons obtenu le son que nous recherchions. Et pour recréer ce son, il faudrait remonter là-haut et retrouver les mêmes conditions. C'est ce que Zoom fait pour nous.

H5_beauty1.jpg

CONSULTEZ LE SITE WEB DE ROSS LARA ICI !